Les Cabinets : design d’expérience sanitaire

Il fallait être audacieux pour transformer une simple visite aux toilettes en une expérience événementielle. Portrait d’une entreprise qui a le vent dans les voiles.

Les toilettes publiques. Endroit souvent négligé, que ce soit dans les galas, les conférences, les festivals. Endroit parfois repoussant, puant, à l’éclairage agressant. Endroit où on investit le moins d’argent, alors qu’on dépense une fortune pour la nourriture, le service de bar et l’ambiance d’un événement. Voilà qui semblait aberrant à Patrice Marier, fondateur de l’entreprise Les Cabinets.

L’idée d’offrir une meilleure expérience aux utilisateurs des toilettes publiques a donc germé dans son esprit, et c’est lors de l’événement C2 Montréal 2016 qu’il la met en application pour la première fois. « En deux semaines, j’ai mis sur pied l’entreprise Les Cabinets. Le projet a maintenant huit mois, durant lesquels on a eu 30 mandats. Et on prévoit en avoir quatre fois plus cette année ».

L’entreprise offre ce que Patrice Marier qualifie de « design d’expérience sanitaire ». Tout est pensé pour que les utilisateurs vivent une expérience sensorielle agréable : musique d’ambiance, éclairage tamisé, diffusion d’huiles essentielles, présence de fleurs. Il remplace les distributeurs de savon rose par des contenants de savon écologique haut de gamme et fournit un vaste éventail de produits tels que Q-Tips, diachylons, tampons, rince-bouche et distributeur de soie dentaire, ces deux derniers étant particulièrement populaires. Il peut même aménager l’espace adjacent à la salle de bain en proposant par exemple une station bien-être avec coiffeuses, barbiers et massothérapeutes.

Crédit photo Mikaël Theimer

À cela s’ajoute la présence d’hôtes et d’hôtesses qui assurent une propreté irréprochable, par un entretien continu des lieux. « Les services de ménage habituels sont dans l’opération alors que nous, on est dans le service », explique le fondateur de l’entreprise. En outre, hôtes et hôtesses sont payés à l’heure et n’acceptent pas de pourboire, ce qui déstabilise les gens au début, mais au final enlève tout sentiment de malaise.

Patrice Marier considère Les Cabinets comme un service, mais également comme un média où des partenaires paient pour la commandite, pour le placement de produits. « On va conseiller des événements à des marques, et des marques à des événements. » La suite logique pour l’entreprise est d’étendre ses services aux utilisateurs de toilettes chimiques, notamment lors de festivals et événements familiaux en tout genre. « Mon idole est Richard Branson : il prend quelque chose de médiocre [le transport aérien] et le rend extraordinaire. C’est une belle mission à laquelle je m’identifie. » Comme objet de médiocrité, Patrice Marier aurait difficilement pu mieux trouver que les toilettes publiques !

Crédit photo d'ouverture : Mikaël Theimer

comments powered by Disqus