Ilse Crawford, designer tactile

Fondatrice du magazine ELLE Decoration britannique et designer d'hôtels et de boutiques remarquables à travers le monde, Ilse Crawford compte parmi les influenceurs de notre temps. Tête-à-tête avec l'âme passionnée du Studioilse, Créateur 2016 du salon Maison & Objet.

Ilse Crawford

@ Leslie Williamson

ID – Vous avez écrit un livre intitulé « A Frame for Life » (Un cadre de vie) et vous avez fondé le département Man and Wellbeing de l’Académie de design d’Eindhoven. La dimension sociale est-elle toujours au centre de votre réflexion lorsque vous abordez un projet ?

IC – Oui, je pense effectivement d’abord aux individus. Même si nous semblons parfois éviter le contact, nous sommes des animaux sociaux. Si nous parvenons à créer des situations où la rencontre entre les gens se passe dans un certain confort, cela contribue à les rendre heureux. Le design peut nous aider à faire sortir le meilleur de nous. Je pense que chaque projet d’intérieur devrait idéalement compter un designer, car celui-ci a une vision optimiste des choses et une façon concrète de donner du sens à un lieu. Le design opère la synthèse entre les aspects intellectuels, émotionnels et pratiques, c’est une compétence assez exceptionnelle.

ID – Nous pouvons voir dans beaucoup de vos projets que la matière et la texture sont des priorités. Pour quelle raison ?
IC – Je suis très intéressée par la matérialité des choses, c’est certain. Fondamentalement, nous sommes des corps dotés d’une conscience. Nous découvrons le monde par nos mains ; le toucher est un instinct primaire. Bien sûr, nous touchons moins notre environnement qu’autrefois. Je pense que c’est justement parce que nous avons créé ce monde plutôt détaché de la réalité au profit des technologies que nous avons besoin de davantage de contact tactile. Le projet de tables en liège pour IKEA était à ce point de vue très intéressant. Nous aimons le contact, c’est la façon dont nous transmettons notre affection ou encore une information. C’est un besoin humain de base, authentique. Je pense qu’il est important de ramener cet aspect dans notre société, car notre corps nous rapporte tout simplement la vérité.

ID – Que vous a apporté cette collaboration avec IKEA ?
IC – Pénétrer à l’intérieur de ce système extraordinaire a été une expérience incroyable. Ils ont été très ouverts et ont partagé leurs connaissances des matériaux. Ils nous ont amenés à défier nos croyances pour ne conserver que ce qui pourrait faire une différence, et rendre ce projet basé sur la matière, le toucher, réalisable. Nous avons pu aller choisir les matériaux avec lesquels nous voulions travailler. Nous avons visité beaucoup de manufactures pour donner forme à notre idée de départ. Le liège s’est notamment imposé, car nous sommes arrivés au bon moment de la recherche et du développement de ce matériau pour rendre celui-ci accessible à IKEA, qui travaille à grande échelle et doit répondre à des exigences de durabilité, ainsi qu’à la législation de chaque pays de son réseau de distribution. Doux, écologique, antimicrobien, le liège est un superbe matériau jusqu’alors essentiellement utilisé pour l’aménagement intérieur. Améliorer son design a été un grand défi.

Collection Sinnerlig IKEA

@ Felix Odell

Cette collaboration avec IKEA m’a aussi appris combien il est important de travailler avec le fabricant. On ne peut pas être un bon designer si on ne se salit pas les mains. Je me suis rendue au Vietnam, en Chine, au Portugal... Nous avons tellement appris de par notre simple présence sur place. Pour faire les bons choix, vous avez besoin de voir les choses en vrai. En fait, l’idée peut naître lorsqu’on est là. On prend conscience de ce qui est possible. Comprendre la coupe a été la chose la plus cruciale.

ID – Vous travaillez à la fois en design d’intérieur et en design industriel, est-ce important pour vous de conjuguer ces deux disciplines ?
IC – Au cours des quinze dernières années, nous avons principalement travaillé en design d’intérieur, car le cheminement du design industriel est très différent de celui-ci, ce qui complique pas mal les choses pour l’équipe. Mais il nous est arrivé à plusieurs occasions de créer des meubles et objets pour répondre à un besoin de modèles plus légers et universels qui peuvent être difficiles à trouver. Notre participation à Maison & objet m’a fait prendre conscience que nous avions derrière nous plus de créations que nous ne le pensions, et qui, mises côte à côte, forment une collection intéressante. Le projet avec IKEA m’a aussi ouvert les yeux sur une voie à explorer quant aux choses importantes par instinct qui sont en fait des pièces plus « calmes » adaptables au fil du temps. Ce sera le rôle de mon mari Oscar, qui a rejoint l’équipe l’an dernier, de développer cet aspect de notre travail, car il est spécialisé en design industriel (NDLR : Oscar Peña a été directeur de la création de Philips). Je pense que, dans le futur, nous allons pouvoir travailler sur les deux tableaux.  

Photo d'ouverture : boutique Aesop, à Copenhague. @ Felix Odell.
Une sélection de meubles et d'objets créés par Studioilse, notamment pour De La Espada, est disponible chez Mjölk, à Toronto (vente en ligne).

comments powered by Disqus